Une soirée avec Beny le Brownies

Beny le Brownies est un artiste dont le rap français avait besoin. Arrivé en 2014 avec un premier projet intitulé « Pré-Dora », le kid d’Annecy a ramené avec toute sa clique du Francis Trash, un vent de fraîcheur dans un rap français perdu entre le boom-bap et la trap. Grâce aux prod’s résolument américaines de son beatmaker Lucas OPRV, la caméra de Natas3000 (dont aujourd’hui beaucoup de rappeurs s’arrachent les services) et les rimes sombres et lugubres de son associé Luni Sacks, Beny le Brownies a réussi à se faire sa place avec un univers sonore et visuel totalement novateur pour l’époque.

Trop souvent catalogué comme le Earl Sweetshirt français, le Brownies est aujourd’hui débarrassé de cette étiquette qui lui a parfois collé à la peau. Toujours en route pour Dora, cet objectif artistique ineffable que le rappeur ne cesse de raconter dans ses morceaux.

Nous avions rencontré Beny en 2014, quelques semaines après la sortie de son premier projet, dont l’engouement dans la presse était déjà palpable. Venu d’Annecy avec une partie de son équipe, le rookie de l’année nous avait fait part avec une sincérité touchante, de sa vie, son arrivée tardive dans le rap et de ses futurs espoirs quant à cette nouvelle page qui débutait.

benylebrownies

 

Plus d'articles